Auteur Sujet: Demos et merveilles  (Lu 13922 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Pour les jeunes qui n'ont connu que le PC (^^) je me permets de poster un texte légendaire, mille fois cité, mais qui fait encore et toujours son effet:
Demos et merveilles

Le but n'est pas de se lancer dans une discussion puérile sur "avant c'était bien, maintenant c'est caca" ; c'est juste une façon de montrer que les démos d'antan et surtout la philosophie du demomaker avait un autre charme.

[mode 14ans ON]
Atari rulez
[mode 14ans OFF]

Superbe texte merci :) cela me dit quelques chose comme si je l'avais déjà lu.

[mode 14ans ON]
le TOS le seul OS qui rend aveugle
[mode 14ans OFF]

Ouai moi je le trouve un peu dure dans sa vision: aujourd'hui l'exploit technique est passé ailleurs (les 4k, la programmation de shaders...), on ne pouvait pas non plus en rester à galérer 107 ans juste pour faire tourner des cubes ^^

Aujourd'hui les codeurs se concentrent sur d'autres aspects tout aussi techniques... ou alors continuent de dev sur leur machine de prédilection ^^

@RaHoW: tout à fait d'accord avec toi, la diversité est l'ennemie du mal  ;)

@latortue: Ce texte est superbe et proche de Lovecraft, mais qu dire d'un membre de SCX comme Zappy, j'adore
SCX generations ahead. Bon je repars, j'ai une Mental Hangover  ;)
@JGG: dis pas que je place la first trackmo n'importe où! Je suis dac avec toi Demo or Die  :o

@RaHow : pour ce que ça vaut, ce texte date de 1997 et comme je disais, ce que je trouve bien est la mentalité de l'époque.
Maintenant effectivement on peut retrouver la même chose "waouh! Ils ont fait ça en 4k ; je dois pouvoir faire pareil" mais bon, j'aime aussi le côté "la machine était la même chez tout le monde ; par conséquent, tout le monde a la possibilité de faire la même chose. Maintenant, avec ta CG à 2 balles, accroche toi pour les shaders 3.0
Mais le défi technique est toujours présent, différemment.

C'est un peu pour ça que je suis assez déçu de la faiblesse (en nombre de sceners) des scenes console, qui pourraient apporter cet aspect "une seule machine pour tout le monde" sur du hardware moderne.

Maintenant, avec ta CG à 2 balles, accroche toi pour les shaders 3.0

C'est vrai que avant, sur Amiga par exemple, entre le moment ou les A1200+030 sont sortis et le moment ou ils sont devenu le "standard" Amiga pour les demos il s'est tout de même écouler beaucoup de temps, un peu comme ci tout le monde voulait arriver le plus possible "au bout" des A500, puis dans A1200 de base, avant de vraiment passer à l'étage supérieur.
J'ajoute aussi à ça le fait que, je sais pas pour vous, mais beaucoup de gens faisaient des demos dans l'espoir qu'elles soient vu et partagés, hors sortir une demo pour carte accélératrice ou AGA alors que le gros du parc des Amiga était encore des 500 ca voulait aussi dire restreindre vachement son audience (de nos jours suffit de faire une vidéo youtube...).

Enfin moi je le vois comme ça, et je pense que c'est pour cela qu'il y a pas énormément de prods consoles/Linux/Mac...

J'attends juste que vous enchainiez sur le domaine de la musique et de comment c'était magnifique qu'un mec déboite tout en 4 canaux et que c'était mieux qu'un autre avec 32... et plus tard, un autre avec un mp3 pour enchainer avec ma usual loop "t'étais jeune, t'es nostalgique, maintenant tu portes un costard et c'est moins drôle comme vie", mon futur tube en devenir, bientôt dans tous les bacs.


@kaneel : rien à voir.
Les démos d'aujourd'hui pulvérisent les anciennes, tant au niveau code que graphisme et/ou musique.
L'intérêt du texte n'est pas là.

L'anecdote sur le fullscreen/syncscroll est le coeur du texte:

J'ai une machine, les autres ont la même ; Je prétends savoir coder sur cette bécane voire j'assure. Puis des zozos débarquent avec un effet de malade.
Et là, je me retrousse les manches et c'est reparti.
"Ils n'ont aucune extensions ou coprocesseurs, tous ce que j'ai besoin est aussi dans MA bécane ; il faut que je trouve"
On parle de passionnés là et des passionnés on en trouve à toutes les époques, encore maintenant.

Je trouve même qu'il n'y a aucun intérêt à comparer des démos anciennes/actuelles.

Ce texte a pour fonction, si fonction il a, de montrer à ceux qui n'ont connu que le PC qu'avant c'était différent tout en restant pareil ; pas les mêmes bases, mais la même passion.

Je pense que s'il y a un domaine où on peut parler de passion, c'est bien la démo, qu'elle soit hésitante, amateur, oldschool ou monstrueusement mortelle, dans le bon sens du terme.

You see me trollin', you hatin'

Je dois dire, que je suis rentré dans la demoscene (enfin si on peut dire ça) grace à des textes comme ceci et les demos de farbraush :D.
Après, j'ai toujours eu l'impression d'être né 10 ans trop tard ...

yrizoud

  • Invité
Très sympa ce texte. Le coté "l'attrait du challenge" m'a fait beaucoup penser à un copain qui mis plusieurs mois à décoder les fichiers de données de Diablo 2, jusqu'à réussir a fabriquer un editeur de cartes. Une pépite d'or pour la communauté "modding".

Je dois dire, que je suis rentré dans la demoscene (enfin si on peut dire ça) grace à des textes comme ceci et les demos de farbraush :D.
Après, j'ai toujours eu l'impression d'être né 10 ans trop tard ...

Moi j'ai vu une porte ouverte et comme je suis curieux bah...

Après, j'ai toujours eu l'impression d'être né 10 ans trop tard ...
Quand je vois les prods de ces dernières années (Debris, Elevated, Lifeforce, Panic Room, Starstruck...), je me dis que je préfère être actif dans la demoscene aujourd'hui plutôt qu'il y a 10 ans. Le challenge technique est toujours aussi élevé, mais différent et plus varié ; en même temps, le côté artistique est bien plus présent qu'avant.

Il y a 10 ans il y a eu les débuts des prods un peu plus "abstract" ou de celle un peu plus poétique tout de même.

Perso, je suis content d'avoir vu ce que j'ai vu... j'ai autant flirter avec la demoscene qu'avec la tracking scene pure et j'ai de grands souvenirs des premières demoparties auquel j'ai pu assister quand il y avait encore certains zikos qui se pointaient... d'un sens, je suis très nostalgique de ce temps mais je continue d'être "dans les parages" parce que c'est une grande famille et d'un sens je suis fier d'en être un de ces membres. Je n'ai jamais apprécié plus que ça le côté ultra compétitif de la scene mais je trouve au final qu'il se justifie plutôt bien sur tous les plans (visuel, code et musique)... mais à côté de ça, le plus important selon moi, c'est le contact humain qui peut se créer dans une scene où beaucoup des personnes sont disséminées à travers toute l' Europe. Et ça, c'est vachement "chouette".

Au final, la demoscene c'est une famille qui réunit les gens qui veulent "faire des choses".